L’édifice du YMCA et l’Auditorium de Québec (avant 1930)

Carte postale représentant l'édifice du YMCA et l'Auditorium de Québec entre 1903 et 1930 (Ville de Québec, quartier Saint-Jean-Baptiste - [Vers 1900 -vers 1965], anonyme, BAnQ, Collection Magella Bureau, P547,S1,SS1,SSS1,D1,P3507R).

Carte postale représentant l’édifice du YMCA, à gauche, et l’Auditorium de Québec (actuel Capitole), à droite, entre 1903 et 1930 (Ville de Québec, quartier Saint-Jean-Baptiste – [Vers 1900 -vers 1965], anonyme, BAnQ, Collection Magella Bureau, P547,S1,SS1,SSS1,D1,P3507R).

Vue actuelle des mêmes bâtiments de nos jours (collection de l'auteur, 2015)

Vue des mêmes bâtiments de nos jours (collection de l’auteur, 2015)


Localisation


Cette carte postale datant des premières décennies du XXe siècle[1] représente deux immeubles emblématiques de la place d’Youville dont l’actuel doyen des lieux, l’édifice du YMCA. Issu d’un concours d’architecture[2] remporté par Joseph-Ferdinand Peachy, le bâtiment est édifié en 1879 pour loger les activités de la Young Men’s Christian Association[3]. Organisme de bienfaisance voué au mieux-être de la personne et à l’entraide, le YMCA offre des services culturels et récréatifs à ses membres ainsi qu’un centre d’hébergement; le rez-de-chaussée, quant à lui, est loué à des entreprises. Dans ses plans, Peachy prévoit également la construction d’un pavillon situé le long de la rue des Glacis, mais celui-ci ne voit le jour qu’en 1898[4].

Vue de l'édifice du YMCA vers 1890 (Quartier Vieux-Québec - Place D'Youville - Édifice du Y. M. C. A., Fred C. Würtele . - [Vers 1890], BAnQ, Fonds Fred. C. Würtele, P546,D3,P6).

Vue de l’édifice du YMCA vers 1890, alors que le terrain bordant les fortifications est toujours inoccupé (Quartier Vieux-Québec – Place D’Youville – Édifice du Y. M. C. A., Fred C. Würtele . – [Vers 1890], BAnQ, Fonds Fred. C. Würtele, P546,D3,P6).

Photographie non datée de l'édifice du YMCA et de son pavillon de la rue des Glacis. Le cliché a été probablement réalisé entre 1935, où le poste CKCV déménage au Capitol (voir l'affiche au sommet du bâtiment) et 1947, où une partie de l'édifice du YMCA est réaménagé pour faire place au Cinéma de Paris. Tiré de Nicole Thibault, Le YMCA de Québec, 1854-1994: c'était hier et c'est demain, Québec, YMCA de Québec, 1994, p. 17.

Photographie non datée de l’édifice du YMCA et de son pavillon de la rue des Glacis. Le cliché a été probablement réalisé entre 1935, où le poste CKCV déménage au Capitol (voir l’affiche au sommet du bâtiment), et 1947, où une partie de l’édifice du YMCA est réaménagé pour faire place au Cinéma de Paris. Tiré de Nicole Thibault, Le YMCA de Québec, 1854-1994: c’était hier et c’est demain, Québec, YMCA de Québec, 1994, p. 17.

En 1947, le YMCA se départit de l’immeuble pour s’établir sur l’avenue Turnbull puis sur le boulevard Saint-Cyrille (boulevard René-Lévesque)[5]. La même année, l’acquéreur, le financier Harold Braff, transige une portion du bâtiment initial et du pavillon à la compagnie France-Film, laquelle érige à cet emplacement le Cinéma de Paris. Apparait alors en façade l’imposante enseigne circulaire qui existe toujours, malgré le changement d’occupants[6] depuis la fermeture du cinéma en 1999. Propriétaire de l’ensemble architectural depuis 2011, Ex Machina pilote en ce moment l’implantation d’une salle de spectacle (Le Diamant) dont l’ouverture est prévue pour 2017. Ce lieu s’ajoutera à l’offre culturelle déjà existante chez son voisin direct, le Théâtre du Capitole.

Vue de l'Auditorium de Québec en août 1904, soit un an après son inauguration (Quartier Vieux-Québec - Place D'Youville - Édifices, Fred C. Würtele - août 1904, BAnQ, Fonds Fred. C. Würtele, P546,D3,P33).

Vue de l’Auditorium de Québec en août 1904, soit un an après son inauguration (Quartier Vieux-Québec – Place D’Youville – Édifices, Fred C. Würtele – août 1904, BAnQ, Fonds Fred. C. Würtele, P546,D3,P33).

Cette photographie réalisée en 1949 permet de visualiser les transformations apportées à l'édifice du YMCA dans la foulée du départ de l'organisation de bienfaisance et del'implantation du Cinéma de Paris (Boulevard Charest [?]- d'Youville Square, William B. Edwards, juillet 1949, BAC, fonds non spécifié, MIKAN no 3330322)

Cette photographie réalisée en 1949 permet de visualiser les transformations apportées à l’édifice du YMCA dans la foulée du départ de l’organisation de bienfaisance et de l’implantation du Cinéma de Paris (Boulevard Charest- d’Youville Square, William B. Edwards, juillet 1949, BAC, fonds non spécifié, MIKAN no 3330322)

En fait, ce dernier a plus de cent ans de divertissement à son actif. Sa construction en 1902-1903, selon les plans de l’architecte Walter Scott Painter, vise à doter la capitale d’une large salle de spectacle, ce dont elle était privée depuis l’incendie de l’Académie de musique de Québec en 1900. Sa façade distincte de style Beaux-Arts et la forme oblongue du bâtiment s’expliquent par l’étroitesse du terrain[7], bordé entre l’édifice du YMCA et les fortifications[8]. Nommé Auditorium de Québec à ses débuts, l’immeuble comprend une salle de spectacle et des bureaux. En 1927, Famous Players, par l’entremise d’une filiale, se porte acquéreur de l’édifice, qu’elle renomme Capitol en 1930. L’entreprise cinématographique transforme la salle de spectacle pour les besoins du cinéma tout en lui conservant ses propriétés multifonctionnelles. L’inauguration du Grand Théâtre en 1971 provoque le déclin du Capitol. Abandonné en 1982, le bâtiment est restauré dix ans plus tard puis rouvert sous le nom de Théâtre Capitole.

[1] La photographie a été réalisée entre 1903, date de construction de l’Auditorium, et 1930, date à laquelle l’Auditorium devient le Capitol.

[2] En tout, six architectes de Toronto, Montréal et Québec participent à ce concours. Parmi ceux-ci figure Harry Staveley (1848-1925), de Québec, dont la proposition s’apparente au projet de Peachy (plan ci-joint).

[3] L’association oeuvrant dans la capitale est incorporée par l’Assemblée législative de la province de Québec en 1878 sous le nom The Quebec Young Men’s Christian Association (texte de loi ci-joint en format PDF).

[4] Une gravure de 1879 représente le pavillon sous une forme différente. Il s’agit possiblement d’une version antérieure du bâtiment par Peachy. L’aile devait être construite en même temps que le bâtiment principal mais, peut-être par manque de financement, son édification a été retardée de près de 20 ans. À son ouverture, en 1879, l’édifice offre à ses membres une bibliothèque, une salle de lecture, un centre de conditionnement physique et un centre d’hébergement. On peut également pratiquer le tennis et le croquet dans la cour arrière. La construction du pavillon de la rue des Glacis comprend l’ajout d’une piscine, d’un gymnase et d’une salle de quilles.

[5] Le bâtiment, construit à mi-chemin entre les avenues des Braves et Belvédère, est occupé de nos jours par le commerce du groupe Pharmaprix.

[6] Le Cabaret du Capitole y loge ses activités par la suite jusqu’en mars 2015. La même année, le Comédie Club y présente des spectacles d’humour.

[7] Compris dans le glacis des fortifications (plan de 1871 représentant le glacis ci-joint) aménagé sous le Régime anglais, le terrain est cédé à la Ville de Québec lors de la destruction du glacis dans les années 1870. La Compagnie de l’Auditorium de Québec, dirigée par Simon-Napoléon Parent, acquiert le terrain en 1902 alors que Parent cumule les postes de maire de Québec et de premier ministre du Québec.

[8] À cet endroit, les fortifications s’avancent pour former le bastion Saint-Jean.


Le projet Le Diamant expliqué par Robert Lepage dans les murs de l’édifice du YMCA.


Documents consultés

« Ancien cinéma de Paris ». Répertoire du patrimoine culturel du Québec. Ministère de la Culture et des Communications du Québec.«

« Édifice de la Quebec Young Men’s Christian Association ». Répertoire du patrimoine culturel du Québec. Ministère de la Culture et des Communications du Québec.

« Le privé investit dans le projet Le Diamant de Robert Lepage ». Ici Radio-Canada, 28 septembre 2015.

« Théâtre Capitole ». Répertoire du patrimoine culturel du Québec. Ministère de la Culture et des Communications du Québec.

« Théâtre Le Diamant : la conservation de la façade pourrait être complexe ». Ici Radio-Canada, 10 décembre 2013.

HARDY, Dominique. « Le Diamant de Lepage: une salle pour le théâtre… et pour le cirque ». Le Soleil (Québec), 7 juin 2012.

LÉGARÉ, Denyse et al. « Joseph-Ferdinand Peachy 1830-1903 : l’architecte du visage français de Québec au XIXe siècle ». Continuité, no 47 (printemps 1990), p. 1-14. (Fichier PDF à télécharger)

LEMOINE, Réjean. « L’Auditorium ». Capsules. Société Radio-Canada via Capsules radio. (Site hébergeant des chroniques en format audio diffusées par la Société Radio-Canada).

SPIER, Susan et Lucien POIRIER. «Auditorium de Québec ». Encyclopédie canadienne. Historica Canada.

THIBAULT, Nicole. Le YMCA de Québec 1854-1994 : c’était hier et c’est demain. Québec, YMCA de Québec, 1994, 54 p.

THIBAULT, Nicole. Le YMCA de Québec 1854-1994 : d’images en images, 140 ans de parcours. [Québec], YMCA de Québec, 1994, 24 p.


Articles reliés

La porte Saint-Jean (vers 1850)

La place d’Youville (vers 1910)

La rue Saint-Jean extra-muros (vers 1907)


Pour me joindre:

Courriel: vues.anciennes@gmail.com

Twitter: Histoire de Québec@vues_anciennes

Advertisements

Vous avez des commentaires ou des suggestions?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s