Le parc Victoria (vers 1905)

Vue de la portion orientale du parc Victoria vers 1905. On distingue à gauche une voie employée par le service de tramway. On aperçoit au loin un pont métallique suggérant la présence de la rivière Saint-Charles. (Québec, Parc Victoria, avenue principale, entre 1905 et 1906, Pruneau & Kirouac, AVQ, Collection iconographique de la Ville de Québec, CI-N000862)

Vue de la portion orientale du parc Victoria vers 1905. On distingue à gauche une voie employée par le service de tramway. On aperçoit au loin un pont métallique suggérant la présence de la rivière Saint-Charles. (Québec, Enfin, l’ancien Hôpital de la Marine, devenu l’Hospice Saint-Charles, se dresse à l’arrière-plan à gauche. (Parc Victoria, avenue principale, entre 1905 et 1906, Pruneau & Kirouac, AVQ, Collection iconographique de la Ville de Québec, CI-N000862)

Vue actuelle du même site. De nombreux repères sont manifestement disparus à l'exception de la courbure de la voie. Notons que le passage pour piétons au centre de la photo (au-dessus de l'autobus scolaire) est situé sensiblement au même endroit que le pont métallique que l'on aperçoit dans la carte postale de 1905. De plus, l'Hôpital de la Marine a été remplacé par un édifice fédéral qu'on remarque à gauche. (Parc Victoria, 2016, photo redimensionnée)

Vue actuelle du même site. De nombreux repères sont manifestement disparus à l’exception de la courbure de la voie. Notons que le passage pour piétons au centre de la photo (au-dessus de l’autobus scolaire) est situé sensiblement au même endroit que le pont métallique que l’on aperçoit dans la carte postale de 1905. De plus, l’Hôpital de la Marine a été remplacé par un édifice fédéral qu’on remarque à gauche. (Parc Victoria, 2016, photo redimensionnée)


 

 


En avril 1896, le maire de Québec, Simon-Napoléon Parent (1855-1920), fait approuver par le conseil municipal de Québec une entente par laquelle les Augustines de l’Hôpital général cèdent à la Ville des terrains en bordure de la rivière Saint-Charles. En contrepartie, les autorités municipales s’engagent à y faire aménager un parc public et à verser une rente aux religieuses. Qu’est-ce qui les motivent à faire d’une presqu’île marécageuse un lieu de divertissement? Sa relative proximité de Saint-Sauveur permet d‘une part à la Ville de Québec de respecter un engagement pris  en prévision de l’annexion du village en 1890[1]. En outre, sa situation est telle que l’industrieuse population de Saint-Roch est également en mesure d’y accéder aisément. Dans l’esprit du maire Parent, cet espace doit favoriser la revitalisation de la basse-ville.

Photographie non datée de Simon-Napoléon Parent, l'artisan principal de la création du parc Victoria. BAnQ situe la production du document vers 1920 mais cette année n'est pas vraisemblable. (Simon-Napoléon Parent . - [vers 1920], BAnQ, Fonds J. E. Livernois Ltée, P560,S2,D1,P1657)

Photographie non datée de Simon-Napoléon Parent, l’artisan principal de la création du parc Victoria. BAnQ situe la production du document vers 1920 mais cette année n’est pas vraisemblable. (Simon-Napoléon Parent . – [vers 1920], BAnQ, Fonds J. E. Livernois Ltée, P560,S2,D1,P1657)

Plan du parc Victoria vers 1897. Il permet de distinguer sa configuration, mais également sa centralité en basse-ville. On aperçoit Saint-Sauveur à gauche et Saint-Roch à droite. (Tiré de Luc Noppen et al, Québec, trois siècles d'architecture, [Québec], Libre Expression, 1979, p. 409.

Plan du parc Victoria vers 1897. Il permet certes de distinguer les particularités de son aménagement, mais il illustre également sa centralité en basse-ville puisque bordant les quartiers Saint-Sauveur (à gauche) et Saint-Roch (à droite). (Tiré de Luc Noppen et al, Québec, trois siècles d’architecture, [Québec], Libre Expression, 1979, p. 409.

Ayant cet objectif en tête, l’architecte-ingénieur Charles Baillairgé (1826-1906) et le jardinier Sébastien Siné transforment, à la suite d’importants travaux de terrassement, les terrains acquis par la municipalité en un lieu de détente propice aux promenades. À son ouverture en 1897, le parc est constitué d’un réseau de sentiers ornementé de bosquets et de parterres. Une tourelle d’observation jumelée à un restaurant ainsi qu’une serre forment le cadre bâti du site. Deux ponts érigés au-dessus de la rivière Saint-Charles sont ses seuls points d’accès; l’un d’eux est prolongé dans Saint-Sauveur par l’avenue Parent, une nouvelle voie prestigieuse créée dans l’esprit urbanistique du mouvement City Beautiful. Initialement nommé en l’honneur du maire Parent, le parc rend finalement hommage à la reine Victoria, qui fête en juin 1897 ses 60 années de règne. Pour l’occasion, une statue du monarque britannique est érigée.

Vue du bâtiment principal (restaurant et tourelle d'observation) en août 1897. On y célèbre alors le retour du premier ministre sir Wilfrid Laurier, qui avait représenté le Canada lors des festivités du 60e anniversaire du règne de la reine Victoria. (Présentation de Sir W. Laurier au Parc Victor[ia] sur la journée de Victoria. non daté, Jules-Ernest Livernois, BAC, fonds non indiqué, MIKAN no 3406983)

Vue du bâtiment principal (restaurant et tourelle d’observation) en août 1897. On y célèbre alors le retour du premier ministre sir Wilfrid Laurier, qui avait représenté le Canada lors des festivités du 60e anniversaire du règne de la reine Victoria. (Présentation de Sir W. Laurier au Parc Victor[ia] sur la journée de Victoria. non daté, Jules-Ernest Livernois, BAC, fonds non indiqué, MIKAN no 3406983)

Vue de la statue (idéalisée) de la reine Victoria vers 1907, Monarque britannique de 1837 à 1901, elle a laissé son nom au parc. On aperçoit également, à travers le restaurant du parc au loin. (Parc Victoria, Québec, QC, vers 1907, Neurdein Frères, Musée McCord, MP-0000.1155.3)

Vue de la statue (idéalisée) de la reine Victoria vers 1907, Monarque britannique de 1837 à 1901, elle a laissé son nom au parc. On aperçoit également le restaurant du parc au loin. (Parc Victoria, Québec, QC, vers 1907, Neurdein Frères, Musée McCord, MP-0000.1155.3)

Vue de l'avenue Parent, au tournant du XXe siècle. Par son aspect monumental (large voie commandant une vaste perspective) et son embellissement, elle s'inscrit dans le mouvement City Beautiful. (Vue de l'avenue Parent, 1896, AVQ, Fonds Ville de Québec, Q-D4-08-N012881)

Vue de l’avenue Parent, au tournant du XXe siècle. Par son aspect monumental (large voie commandant une vaste perspective) et son embellissement, elle s’inscrit dans le mouvement City Beautiful. (Vue de l’avenue Parent, 1896, AVQ, Fonds Ville de Québec, Q-D4-08-N012881)

Le parc évolue rapidement au XXe siècle en un lieu récréatif et fonctionnel, trahissant ainsi sa finalité première[2]. Dès 1914, une patinoire y apparait. En 1929, l’Oeuvre des Terrains de Jeux s’installe sur le site et l’aménage afin d’accueillir et divertir des milliers d’enfants en période estivale; apparaissent alors, au fil du temps, des équipements récréatifs variés (piscine, terrain de baseball, patinoire, terrains de tennis, carrousel, etc.) et des bâtiments administratifs. Dans la foulée, le gouvernement du Québec édifie en 1938 un stade de baseball cédé quelques années plus tard à la Ville de Québec. Les transformations s’accentuent dans les années 1950 et 1960 alors que deux écoles, une centrale de police et un vaste stationnement sont construits. C’est également à cette époque que l’assèchement du méandre de la rivière, qui permet notamment l’aménagement de l’autoroute Laurentienne, met fin au charme insulaire du parc.

Plan de la ville de Québec réalisé en 1941 dans lequel on remarque la notable évolution du site depuis son ouverture en 1897. (Plan de la cité de Québec, Altheod Tremblay et Édouard Hamel, 1941, BAnQ, fonds non indiqué, G 3454, Q4,1941,T741 CAR)

Plan de la ville de Québec réalisé en 1941 dans lequel on remarque la notable évolution du site depuis son ouverture en 1897. (Plan de la cité de Québec, Altheod Tremblay et Édouard Hamel, 1941, BAnQ, fonds non indiqué, G 3454, Q4,1941,T741 CAR)

Vue aérienne du secteur du parc Victoria en 1963. On remarque l'ancien méandre de la rivière Saint-Charles, asséché en 1957 et le nouveau méandre aménagé quelques années plus tard. Sur les nouveaux terrains provenant de l'assèchement du méandre, 'on construira notamment de nouveaux équipements récréatifs et la nouvelle autoroute Laurentienne. (Vue aérienne du parc Victoria, W. B. Edwards, 1963, AVQ, Fonds de W.B. Edwards inc., P012-N024046)

Vue aérienne du secteur du parc Victoria en 1963. On remarque l’ancien méandre de la rivière Saint-Charles, asséché en 1957 et son nouveau bras (en haut de la photographie). Sur les nouveaux terrains provenant de l’assèchement du méandre, on construira notamment de nouveaux équipements récréatifs et la nouvelle autoroute Laurentienne. (Vue aérienne du parc Victoria, W. B. Edwards, 1963, AVQ, Fonds de W.B. Edwards inc., P012-N024046)

Notes

[1] Un important incendie convainc en 1889 la population du village de Saint-Sauveur d’accepter l’offre d’annexion de Québec. Un Règlement pour annexer à la cité de Québec la municipalité du village de Saint-Sauveur de Québec est adopté par le conseil municipal en août 1889. L’un de ses articles stipule que la Ville de Québec devra acquérir « […] un espace de terrain étant destiné à être converti plus tard en parc ou place publique ». Voir « Règlement pour annexer à la cité de Québec la municipalité du village de Saint-Sauveur de Québec », Le Canadien, vol. 75, no 91 (25 septembre 1889), p. 1.

Photographie du village de Saint-Sauveur à la suite de l'incendie de mai 1889 qui convaincra la population d'accepter l'offre d'annexion de la Ville de Québec.

Photographie du village de Saint-Sauveur à la suite de l’incendie de mai 1889 qui convaincra la population d’accepter l’offre d’annexion de la Ville de Québec. (Quartier Saint-Sauveur – Incendie – mai 1889, BAnQ, Collection initiale, P600,S6,D1,P749)

[2] Cette transformation contrevient également à l’entente conclue entre les Augustines et la Ville en 1896, selon laquelle « la dite Cité s’engage à ne pas permettre en aucun temps et dans aucune partie du dit Parc la vente de liqueurs alcooliques, ni aucun jeu, ni réjouissances, théâtres, clubs, cafés quels qu’ils soient ». Cité dans Yves Melançon, «L’aménagement des Parcs des Champs-de-Bataille et Victoria à Québec : une hypothèse structurale », thèse de doctorat, Université Laval, Québec, 1997, p. 137.


 Illustrations additionnelles

Plusieurs images (photographies et plans) recueillies lors de la préparation de cet article n’ont pas été publiées. Vous pouvez les consulter sur le site Flickr en cliquant sur l’image ci-dessous.

Parc Victoria

 


Abréviations des centres d’archives

AVQ: Archives de la Ville de Québec

BAC: Bibliothèque et Archives Canada

BAnQ: Bibliothèque et Archives nationales du Québec


Documents consultés

DION, Gérard. L’Oeuvre des terrains de jeux de Québec, Québec, Éditions du Cap Diamant, 1943, 122 p.

DIVISION DU VIEUX-QUÉBEC ET DU PATRIMOINE. Saint-Roch : un quartier en constante mutation. Québec, Ville de Québec, 1987. 54 p. Coll. « Les quartiers de Québec ».

DIVISION DU VIEUX-QUÉBEC ET DU PATRIMOINE. Saint-Sauveur : à l’image du début du siècle, Québec, Ville de Québec, 1987, 50 p. Coll. « Les quartiers de Québec ».

MALOUIN, Reine. « Histoire du Parc Victoria », Mosaïque québécoise, Québec, Société historique de Québec, 1961, p. 72-82. Coll. « Cahiers d’Histoire », no 13.

MELANÇON, Yves. «Du jardin au parc : la nature et les citadins ». Cap-aux-Diamants : la revue d’histoire du Québec, n° 46 (été 996), p. 42-45. (Fichier PDF)

MELANÇON, Yves. « L’aménagement des Parcs des Champs-de-Bataille et Victoria à Québec : une hypothèse structurale ». Thèse de doctorat, Québec, Université Laval, 1997, XI-250 p. (Fichier PDF)

NOPPEN, Luc et Lucie. K. MORISSET. L’architecture de Saint-Roch : guide de promenade. Québec, Ville de Québec/Publications du Québec, 2000, 139 p.

PAPILLON, Daniel. En lieu sûr…un stade pour la capitale. Québec, Ville de Québec/Commission de la capitale nationale, [2013?], 99 p.


Article connexe

L’Hôpital de la Marine (vers 1875)


Pour me joindre:

Courriel: vues.anciennes@gmail.com

Twitter: Histoire de Québec@vues_anciennes

Advertisements

Vous avez des commentaires ou des suggestions?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s