Le domaine et la maison Holland (vers 1840)

 

Vue ancienne

Vue de la maison et du domaine Holland vers 1840. (Holland House, St. Foye Road, Quebec. J. Grant, ca 1840, BAC, provenance non indiquée, C-002191)

Vue de la maison et du domaine Holland vers 1840. (Holland House, St. Foye Road, Quebec. J. Grant, ca 1840, BAC, provenance non indiquée, C-002191)

Vues actuelles

Vue du site de l'ancien domaine Holland depuis l'intersection de l'avenue Ernest-Gagnon et le chemin Sainte-Foy (Collection de l'auteur, 2016)

Vue du site de l’ancien domaine Holland depuis l’intersection de l’avenue Ernest-Gagnon et du chemin Sainte-Foy (Collection de l’auteur, 2016)

Vue du même site depuis l'intersection de l'avenue Holland et du chemin Sainte-Foy (collection de l'auteur, 2016)

Vue du site de l’ancien domaine Holland depuis l’intersection de l’avenue Holland et du chemin Sainte-Foy (collection de l’auteur, 2016)

 

Localisation

 


Aux lendemains de la Conquête de la Nouvelle-France, plusieurs officiers et marchands britanniques profitent du départ de l’élite coloniale française pour acquérir des biens fonciers dans la région de Québec. C’est le cas de Samuel Johannes Holland (1729-1801), militaire néerlandais ayant offert ses services à la Grande-Bretagne; en 1767, il achète des lots dans la banlieue ouest de Québec sur lesquels se trouve une résidence construite vers 1740. Ce domaine agricole, agrandi notamment par l’acquisition de la portion nord de la châtellenie de Coulonge, sera connu sous le nom de Holland Farm. Holland laissera également son nom à sa résidence, qu’il dotera d’ornements caractéristiques du style néoclassique alors à la mode : fronton, pilastres et rotonde. C’est dans cet état que les aquarellistes Cockburn et Grant représentent le bâtiment dans la première moitié du XIXe siècle .

Représentation de la maison et du domaine Holland par James Pattison Cockburn en 1827, tirée de Christian Cameron et Jean Trudel, Québec au temps de James Patterson Cockburn, Québec, Éditions Garneau, 1976, p. 151

Représentation de la maison et du domaine Holland par James Pattison Cockburn en 1827, tirée de Christian Cameron et Jean Trudel, Québec au temps de James Patterson Cockburn, Québec, Éditions Garneau, 1976, p. 151

Au gré des héritages et des transactions, la taille du domaine rétrécit[1]. Une nouvelle voie reliant les chemins Sainte-Foy et Saint-Louis est aménagée sur les anciennes terres de Holland. On la nommera en l’honneur de George Okill Stuart (1807-1884), propriétaire de Holland Farm de 1843 à 1855[2]. Ce dernier fait démolir la vieille maison de Holland en 1848 et la remplace par un bâtiment d’inspiration néogothique imaginé par l’architecte Edward Staveley (1795-1872). Les formes de la nouvelle demeure et son implantation dans le domaine sont typiques de l’organisation des villas conçues selon l’idéal pittoresque[3]. La résidence demeure inchangée jusqu’au début du XXe siècle. En 1909, son propriétaire, Francis Ross (1837-1915), fait accroitre son volume tout en conservant le bâtiment de 1848. 14 ans plus tard, son fils Frank William embauche Edward Black Staveley (1877-1969), le petit-fils d’Edward, afin de rajeunir l’apparence de la résidence. Le décor néo-gothique disparait alors presque complètement.

Plan réalisé vers 1865 illustrant l'aménagement du domaine Holland selon l'idéal pittoresque. On peut également y apercevoir la rue Stuart (Stewart) à gauche. Malheureusement, le concepteur du plan, Honorius Sisson Sitwell n'a pas représenté l'intégralité du domaine vers l'ouest (à gauche). (Quebec Parish. Canada East. Co Quebec. Sheet IV.9, Honorius Sisson Sitwell, ca 1865, BAnQ, Collection initiale, P600,S4,SS2,D634,P2)

Plan réalisé vers 1865 illustrant l’aménagement du domaine Holland selon l’idéal pittoresque. On peut également y apercevoir la rue Stuart (Stewart) à gauche. Malheureusement, le concepteur du plan, Honorius Sisson Sitwell n’a pas représenté l’intégralité du domaine vers l’ouest (à gauche). (Quebec Parish. Canada East. Co Quebec. Sheet IV.9, Honorius Sisson Sitwell, ca 1865, BAnQ, Collection initiale, P600,S4,SS2,D634,P2)

Photographie représentant la maison Holland vers 1865 depuis l'entrée sinueuse accédant au chemin Sainte-Foy. (Holland Farm, n.d, anonyme, tiré de James MacPherson Lemoine, Maple Leaves, Québec, Hunter, Rose & Company, 1865, non paginé)

Photographie représentant la maison Holland vers 1865 depuis l’entrée sinueuse accédant au chemin Sainte-Foy. (Holland Farm, n.d, anonyme, tiré de James MacPherson Lemoine, Maple Leaves, Québec, Hunter, Rose & Company, 1865, non paginé)

Projet d'agrandissement et d'altération de la maison Holland proposé par Robert Findlay en 1909 et retenu par Francis Ross. On aperçoit la nouvelle façade orientée en direction du chemin Sainte-Foy. (Addition and alteration to Holland House, 1909, Robert Findlay, tiré du Fonds Staveley via « Chemin Sainte-Foy », Documents historiques numériques, Archives de la Ville de Québec, non daté.

Projet d’agrandissement et de transformation de la maison Holland proposé par Robert Findlay en 1909 et accepté par Francis Ross. On aperçoit la nouvelle façade orientée en direction du chemin Sainte-Foy. (Addition and alteration to Holland House, 1909, Robert Findlay, tiré du Fonds Staveley via « Chemin Sainte-Foy », Documents historiques numériques, Archives de la Ville de Québec, non daté.

Edward Black Staveley soumet en 1925 ce projet de transformations de la maison Holland visant principalement à rajeunir son apparence extéreure. (Changes to Holland House, 1925, Edward Black Staveley, Fonds Staveley, tiré de « Chemin Sainte-Foy ». Documents historiques numériques. Archives de la Ville de Québec, non daté.)

Edward Black Staveley soumet en 1925 ce projet de transformation de la maison Holland visant principalement à rajeunir son apparence extéreure. (Changes to Holland House, 1925, Edward Black Staveley, Fonds Staveley, tiré de « Chemin Sainte-Foy ». Documents historiques numériques. Archives de la Ville de Québec, non daté.)

À cette époque, la banlieue ouest de Québec est soumise à un mouvement d’urbanisation qui finit par atteindre le domaine Holland[4]. Aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, celui-ci se trouve désormais en territoire urbanisé. Frank William Ross, poursuivant la tradition familiale d’appui à l’Hôpital Jeffery-Hale, cède à l’institution, en 1951, une portion du domaine se trouvant du côté nord du chemin Sainte-Foy. C’est sur ce terrain que se construira l’année suivante l’actuel établissement hospitalier. À la suite du décès de Ross en 1966, l’autre portion du domaine est morcelée. Dès 1967, la Young Women Christian Association y fait construire un édifice, ce qui nécessite la destruction de l’ancienne demeure des Ross. Dans les années 1970, un ambitieux projet résidentiel et commercial, le complexe Parc Samuel Holland, s’accapare la partie orientale de l’ancien domaine. Une école et un édifice fédéral s’implanteront également sur le site. Seul le parc Samuel-Holland, inauguré en 1984 par la Ville, rappelle de nos jours l’ancienne villa et son aménagement paysager[5].

Vue du domaine et de la maison au début des années 1930 alors que le territoire s'urbanise. On aperçoit au premier plan l'église du Très-Saint-Sacrement, construite entre 1920 et 1923 pour desservir les fidèles de la paroisse fondée en 1921.

Vue du domaine et de la maison au début des années 1930 alors que le territoire s’urbanise. On aperçoit au premier plan l’église du Très-Saint-Sacrement, construite entre 1920 et 1923 pour desservir les fidèles de la paroisse fondée en 1921. (Le domaine Ross, entre 1930 et 1935, AVQ, Collection iconographie de la Ville de Québec, CI-N010732)

Vue aérienne de Saint-Sacrement en 1948. Le domaine apparait comme une enclave rurale en milieu urbain. On remarque le terrain vierge situé à la droite. Il sera cédé en 1951 à l'Hôpital Jeffery Hale afin de construire l'actuel établissement hospitalier. (Vue aérienne de la paroisse Saint-Sacrement, 1948, W. B. Edwards, AVQ, Fonds de W.B. Edwards inc., P012-N023768)

Vue aérienne de Saint-Sacrement en 1948. Le domaine apparait comme une enclave rurale en milieu urbain. On remarque le terrain vierge situé à la droite. Il sera cédé en 1951 à l’Hôpital Jeffery Hale afin de construire l’actuel établissement hospitalier. (Vue aérienne de la paroisse Saint-Sacrement, 1948, W. B. Edwards, AVQ, Fonds de W.B. Edwards inc., P012-N023768)

Représentation du projet immobilier Parc Samuel-Holland en 1970. (Esquisse du Parc Samuel-Holland, Ville de Québec, 1970, AVQ, Fonds Ville de Québec, Q-C1-14-N000153)

Représentation du projet immobilier Parc Samuel-Holland en 1970. (Esquisse du Parc Samuel-Holland, Ville de Québec, 1970, AVQ, Fonds Ville de Québec, Q-C1-14-N000153)

Notes

[1] D’est en ouest, le domaine de Holland s’étendait, à son apogée, des actuelles avenues Thornhill/Louis-Fréchette à l’avenue Marguerite-Bourgeoys. D’après l’historienne de l’architecture France Gagnon Pratte, son domaine s’étendait des berges du fleuve à la rivière Saint-Charles. Précisons par ailleurs que Holland serait né en 1728 et non 1729 comme l’avance plusieurs sources. Un site aborde le sujet (site en anglais).

[2] Les répertoires odonymiques ne précisent pas la date d’ouverture de la rue Stuart (ou Stewart selon certains relevés). En raison de son nom, on peut présumer qu’elle a été aménagée du temps où George Okill Stuart était propriétaire de la villa. Dans un plan réalisé vers 1865, l’ingénieur militaire Honorius Sisson Sitwell illustre le nouveau chemin. Il apparait également 12 ans plus tard dans l’Atlas of the city and county of Quebec dressé par Henry Whitmer Hopkins. La rue Stuart sera renommée avenue Holland en 1918.

[3] Ce mouvement esthétique, relevant du courant romantique, entraine un changement dans la relation maison-jardin : « Le jardin n’est plus rigide et formel […], mais flou, irrégulier, formant un paysage complet dont la maison n’est plus qu’un élément. Il ne s’agit plus d’un paysage réglementé et dominé par la maison ». Concrètement, l’architecture des maisons « […] est donc modifiée pour répondre à ce désir de vivre en relation avec la nature : de vastes portes-fenêtres s’ouvrent sur tous les côtés, des piazzas s’étendent vers les pelouses, un grand vestibule permet de circuler librement vers l’extérieur. […] Le plan au sol délaisse la rigidité et la symétrie du néo-classique pour adopter des formes dans une irrégularité calculée ». Voir France Gagnon Pratte, L’architecture et la nature à Québec au dix-neuvième siècle : les villas, Québec, ministère des Affaires culturelles, 1980, p. 88-91.

Vue de l'entrée du domaine Holland en 1900. L'aménagement paysager correspond à l'idéal pittoresque. (Gardens at Holland House, octobre 1900, Marjorie Howard Futcher, Osler Library of the History of Medicine, McGill University, Margaret Howard Futcher Collection, FUT2_026-004_P

Vue de l’entrée du domaine Holland en 1900. L’aménagement paysager correspond à l’idéal pittoresque. (Gardens at Holland House, octobre 1900, Marjorie Howard Futcher, Osler Library of the History of Medicine, McGill University, Margaret Howard Futcher Collection, FUT2_026-004_P

[4] Désignée sous le nom de Notre-Dame-de-Québec (banlieue), la municipalité est incorporée en 1908 sous le nom de Ville-Montcalm puis est fusionnée à la Cité de Québec cinq ans plus tard. Ce n’est qu’en 1988 que le quartier Saint-Sacrement est créé à partir du quartier Montcalm.

[5] Notons qu’il subsiste, du côté nord du chemin Sainte-Foy, le cottage Ross, c’est-à-dire l’ancienne résidence du chauffeur construite par la famille Ross en 1914.

Vue actuelle du Cottage Ross.

Vue actuelle du cottage Ross.


Abréviations des centres d’archives

AVQ: Archives de la Ville de Québec

BAC: Bibliothèque et Archives Canada

BAnQ: Bibliothèque et Archives nationales du Québec


Bibliographie

« 1245, chemin Sainte-Foy ». Documents historiques numériques. Archives de la Ville de Québec, non daté.

« Avenue Holland ». Documents historiques numériques. Archives de la Ville de Québec, non daté.

« Chemin Sainte-Foy ». Documents historiques numériques. Archives de la Ville de Québec, non daté.

« Holland avenue ». Répertoire des toponymes de la ville de Québec. Ville de Québec. Non daté.

« Samuel-Holland parc ». Répertoire des toponymes de la ville de Québec. Ville de Québec. Non daté.

DIVISION DE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE/CENTRE DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET URBAIN. Plan directeur quartier Saint-Sacrement : constats et orientations, Québec, Ville de Québec, 2001, 34 p.

DIVISION DU VIEUX-QUÉBEC ET DU PATRIMOINE. Montcalm Saint-Sacrement [:] Nature et architecture : complices dans la ville. Québec, Ville de Québec, 1988, 75 p. Coll. « Les quartiers de Québec ».

GAGNON PRATTE, France. L’architecture et la nature à Québec au dix-neuvième siècle : les villas. Québec, ministère des Affaires culturelles, 1980, 334 p.

GELLY, Alain. Centre Hospitalier Jeffery Hale’s Hospital Center 1865-1990, [Québec], Centre hospitalier Jeffery Hale, 1990, 186 p. (Fichier PDF à télécharger)

JUTRAS, Michel. « Holland House ». Saint-Sacrement illustré. Conseil de quartier de Saint-Sacrement, 2016.

LE MOINE, James MacPherson. Maple Leaves: Canadian History and Quebec Scenery. Québec, Hunter, Rose & Company, 1865, 137 p. (via archive.org)


Article connexe

La route Belvédère (1860)


Pour me joindre:

Courriel: vues.anciennes@gmail.com

Twitter: Histoire de Québec@vues_anciennes

Advertisements

2 réflexions sur “Le domaine et la maison Holland (vers 1840)

Vous avez des commentaires ou des suggestions?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s