La villa Kincardine Place (1905)

Quartier Saint-Jean-Baptiste - Grande Allée Est - Hôtel,  Fred C. Würtele . - octobre 1905, Fonds Fred C. Würtele, P546,D3,P43,BAnQ

La villa Kincardine Place, alors convertie en hôtel, quelque mois avant sa destruction. À noter que le bâtiment cache entièrement le Manège militaire de Québec, construit entre 1884 et 1887 un peu plus en retrait de la Grande Allée. Quartier Saint-Jean-Baptiste – Grande Allée Est – Hôtel, Fred C. Würtele . – octobre 1905, Fonds Fred C. Würtele, P546,D3,P43,BAnQ

Vue en 2014 de la Place George-V, avec le Manège militaire en arrière-plan et l'Hôtel Château Laurier à droite. (Collection de l'auteur)

Vue en 2014 de la place George-V, avec le Manège militaire de Québec en arrière-plan et l’Hôtel Château Laurier à droite. (Collection de l’auteur)

Localisation du site


En octobre 1905, le photographe amateur Frederick C. Würtele braque son appareil en direction d’un bâtiment appelé à être détruit quelques mois plus tard, en 1906.  Ce bâtiment présente la particularité d’être l’une des plus vieilles résidences de la Grande Allée. On ne connait pas exactement l’année de sa construction mais, dans un compte-rendu de voyage publié en 1820, le chimiste et minéralogiste américain Benjamin Silliman évoque le lieu, alors nommé Ferguson’s House. Au milieu du XIXe siècle, un dénommé Archibald Fraser y habite. C’est peut-être lui, en raison de ses racines écossaises, qui attribue le nom de Kincardine Place au site. En 1857, l’homme d’affaires Abraham Joseph  entre en possession de la villa. Une photo d’époque montre la résidence camouflée derrière les arbres, bien qu’étant en bordure de la Grande Allée. L’auteur James MacPherson Le Moine, dans son Picturesque Quebec publié en 1882, précise que Joseph a considérablement agrandi le bâtiment. Des photos et plans contemporains montrent effectivement que ce dernier s’étire vers le sud.

Photo de la villa à l'époque où Abraham Joseph y réside. Tiré de E. C. Woodley, La famille Joseph et les annales de Québec un siècle et demi d'histoire, trad. de l'anglais par Gaudry Delisle, Québec, s.n., 1946, p. 40, Nos Racines

Photo de la villa à l’époque où Abraham Joseph y réside. Photo tirée de E. C. Woodley, La famille Joseph et les annales de Québec un siècle et demi d’histoire, trad. de l’anglais par Gaudry Delisle, Québec, s.n., 1946, p. 40, Nos Racines

Carte de la Grande Allée en 1879 montrant la localisation de la villa ("A. Joseph"). À noter que le manège militaire actuel n'était pas encore construit. (H. W. Hopkins, Atlas of the city and county of Quebec, Provincial Surveying and Pub. Co, 1879, Coll numérique, BAnQ)

Carte de la Grande Allée en 1879 montrant la localisation de la villa (« A. Joseph »). À noter que le manège militaire actuel n’était pas encore construit. (H. W. Hopkins, Atlas of the city and county of Quebec, Provincial Surveying and Pub. Co, 1879, Coll numérique, BAnQ)

Au décès d’Abraham Joseph, en 1886, le site demeure dans le giron familial. Le bâtiment est toutefois converti en hôtel en 1889. Nommé Le Lion d’or à l’origine, il devient l’Hôtel Dufferin au tournant du XXe siècle. En 1905, le gouvernement fédéral acquiert l’immeuble et le démolit l’année suivante. À quoi répond ce geste? On souhaite peut-être agrandir la place pour les besoins des exercices et défilés militaires face au Manège militaire de Québec. Il est également possible que la destruction de Kincardine Place soit envisagée pour des raisons esthétiques. Selon les principes d’urbanisme du temps, un édifice prestigieux comme le Manège militaire commande une perspective dégagée depuis la Grande Allée. Enfin, l’aménagement de l’actuelle place George-V Ouest est peut-être déjà projeté. Cette voie longeant l’Hôtel Château Laurier de nos jours n’apparaît toutefois que quelques décennies plus tard sur les cartes de Québec*.

Publicité de l'Hôtel du Lion d'or peu après son ouverture (Hotel du Lion d'or, The Quebec Daily Telegraph, vol. XIV, no 158 (15 juillet 1889), p. 2, tiré de news.google.com/newspapers)

Publicité de l’Hôtel du Lion d’or peu après son ouverture (Hotel du Lion d’or, The Quebec Daily Telegraph, vol. XIV, no 158 (15 juillet 1889), p. 2, tiré de news.google.com/newspapers)

Vue d'ensemble du secteur du Manège militaire de Québec en 1901. On distingue l'ancienne villa Kincardine Place à la droite de la photo. (Quartier Saint-Jean-Baptiste - Grande Allée Est -Édifices, Fred C. Würtele . - 1901, Fonds Fred C. Würtele, P546,D1,P37, BAnQ)

Vue d’ensemble du secteur du Manège militaire de Québec en 1901. On distingue l’ancienne villa Kincardine Place à la droite de la photo. (Quartier Saint-Jean-Baptiste – Grande Allée Est -Édifices, Fred C. Würtele . – 1901, Fonds Fred C. Würtele, P546,D1,P37, BAnQ)

*Note: Je considère ici le corpus de cartes et plans mis à la disposition du public sur le site de  BAnQ. La rue actuelle n’apparait sur aucun document antérieur à 1930. Les plans d’assurances de 1910 et 1923 affichent bien l’allée centrale, alors nommée rue MacDonald, et la place George-V Est mais n’indiquent pas l’actuelle place George-V Ouest.


Documents consultés

« George-V place ». Répertoire des toponymes de la ville de Québec. Ville de Québec.

Bergeron Gagnon inc. Secteur de la Grande Allée – Caractérisation et évaluation : expertise en vue de l’attribution éventuelle de mesures particulières de protection, rapport synthèse final. Québec, Ville de Québec, 2011, 133 p. (Fichier PDF accessible en libre téléchargement)

BLANCHET, Danielle. Découvrir la Grande Allée. Québec, Musée du Québec, 1984, 177 p.

Division du Vieux-Québec et du patrimoine. Saint-Jean-Baptiste : entre faubourg et centre-ville. Québec, Ville de Québec, 1988, 72 p. (Fichier PDF accessible en libre téléchargement)

GAGNON-PRATTE, France. L’architecture et la nature à Québec au dix-neuvième siècle : les villas. Québec, ministère des Affaires culturelles, 1980, 334 p.

LE MOINE, James MacPherson. Picturesque Quebec: a Sequel to Quebec Past and Present. Montréal, Dawson Brothers, 1882, 535 p.

SILLIMAN, Benjamin. Remarks, Made on a Short Tour, Between Hartford and Quebec, in the Autumn of 1819. New Haven, S. Converse, 1820, 407 p.

WOODLEY, Edward Carruthers. La famille Joseph et les annales de Québec: un siècle et demi d’histoire. Trad. de l’anglais par Gaudry Delisle. Québec, s.n., 1946, 79 p.


Article relié

La Grande Allée (1916)


Pour me joindre:

Courriel: vues.anciennes@gmail.com

Twitter: Histoire de Québec@vues_anciennes


Advertisements

Vous avez des commentaires ou des suggestions?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s