L’Asile de Beauport (vers 1905)

Photographie réalisée vers 1905 représentant les bâtiments principaux de l'asile de Beauport alors normée fomellement Asile des aliénés de Québec. On distingue, de gauche à droite, le pavillon destiné aux patientes, la chapelle et le pavillon logeant les patients (Asile Saint-Michel-Archange - [Vers 1905], anonyme, Fonds Les Soeurs de la Charité de Québec, P910,S3,D4,P41, BAnQ).

Photographie réalisée vers 1905 représentant les bâtiments principaux de l’Asile de Beauport alors nommé formellement Asile des aliénés de Québec. On distingue, de gauche à droite, le pavillon destiné aux patientes, la chapelle et le pavillon logeant les patients (Asile Saint-Michel-Archange – [Vers 1905], anonyme, Fonds Les Soeurs de la Charité de Québec, P910,S3,D4,P41, BAnQ).

Photographie contemporaine de l'Institut universitaire en santé mentale de Québec (collection de l'auteur, 2009).

Photographie contemporaine de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec (collection de l’auteur, 2015).


Localisation


L’Asile de Beauport nait en 1845 de l’initiative privée[1] de trois médecins de Québec. Installé temporairement sur le site du manoir seigneurial de Beauport, il est transféré cinq ans plus tard  sur une propriété bordant le chemin de la Canardière. Bien que situé à l’extérieur des limites de Beauport et incorporé sous le nom Quebec Lunatic Asylum[2], il demeure pour plusieurs l’Asile de Beauport. La résidence qui s’y trouve est réaménagée à plusieurs reprises à l’époque des propriétaires particuliers (1845-1893)[3] en raison des besoins d’espace et des incendies. Conformément aux principes moraux du temps, les patients des deux sexes sont traités dans des ailes séparées. Cette séparation est accrue en 1864 lorsque la clientèle masculine est transférée dans un nouveau pavillon construit plus à l’est.

Toile de Charles Huot intitulée "L'asile des Aliénés de Beauport". Cette oeuvre réalisée en 1873 représente les bâtiments de l'asile deux ans avant l'incendie qui détruira le pavillon des femmes, Tiré de Robert Derome, "Charles Huot, peintre traditionnel", Vie des Arts, vol. 21, no 85 (hiver 1976-1977), p. 63

Toile de Charles Huot intitulée « L’asile des Aliénés de Beauport ». Cette oeuvre réalisée en 1873 représente les bâtiments de l’asile deux ans avant l’incendie qui détruira le pavillon des femmes. Ce dernier sera reconstruit au même endroit. Tiré de Robert Derome, « Charles Huot, peintre traditionnel », Vie des Arts, vol. 21, no 85 (hiver 1976-1977), p. 63

Vue du pavillon des femmes vers 1900. La partie surélevée à droite a été ajoutée à la suite de l'incendie de 1875 (Asile Saint-Michel-Archange, Sr Marie-de-l’Eucharistie (Elmina Lefebvre) . - Vers 1900, BAnQ, Fonds Les Soeurs de la Charité de Québec, P910,S3,D4,P64).

Vue du pavillon des femmes vers 1900. La partie surélevée à droite a été ajoutée à la suite de l’incendie de 1875 (Asile Saint-Michel-Archange, Sr Marie-de-l’Eucharistie (Elmina Lefebvre) . – Vers 1900, BAnQ, Fonds Les Soeurs de la Charité de Québec, P910,S3,D4,P64).

Vue du bâtiment central vers 1930. Construit vers 1905, il abrite alors la chapelle et des locaux administratifs. En 1911, un dortoir est aménagé dans les combles et un parement de brique remplace le précédent (Beauport - Asile Saint-Michel-Archange - Hôpital - Édifice, Livernois - [Vers 1930], BAnQ, Fonds L'Action catholique, P428,S3,SS1,D13,P86).

Vue du bâtiment central vers 1930. Construit vers 1905, il abrite alors la chapelle et des locaux administratifs. En 1911, un dortoir est aménagé dans les combles et un parement de brique remplace le précédent (Beauport – Asile Saint-Michel-Archange – Hôpital – Édifice, Livernois – [Vers 1930], BAnQ, Fonds L’Action catholique, P428,S3,SS1,D13,P86).

En 1893, les Sœurs de la Charité de Québec prennent la relève, toujours selon le système d’affermage[4], mais en laissant au gouvernement le contrôle médical de l’institution. Les religieuses s’efforcent alors d’accroitre leur autonomie. C’est à cette fin que l’asile et ses dépendances sont érigés en paroisse en 1896 et en municipalité l’année suivante. C’est également dans ce but qu’est acquise en 1893 la ferme Bourg-Royal, mieux connue de nos jours sous le nom de ferme SMA[5]. Par ces actions, les Sœurs de la Charité visent également à améliorer les conditions de vie des patients. L’aménagement de jardins autour des bâtiments répond à ce besoin. Quant au parc immobilier, les religieuses l’agrandissent pour accueillir une population croissante[6] et pour répondre à des besoins spécifiques[7]. C’est dans ce contexte qu’une chapelle flanquée de deux ailes est édifiée entre le pavillon des femmes et celui des hommes vers 1905[8].

Plan du secteur de l'Hôpital Saint-Michel-Archange en 1942. Ce document permet de visualiser l'emplacement de l'hôpital avant et après l'incendie de 1939 (Insuance plan of city of Quebec and vicinity vol. II, III and IV, Underwriters' Survey Bureau, 1942, BAnQ, Plans de villes et villages du Qc, sans cote).

Plan du secteur de l’Hôpital Saint-Michel-Archange en 1942. Ce document permet de visualiser l’emplacement de l’hôpital avant et après l’incendie de 1939 (Insuance plan of city of Quebec and vicinity vol. II, III and IV, Underwriters’ Survey Bureau, 1942, BAnQ, Plans de villes et villages du Qc, sans cote).

Vue aérienne de l'Hôpital Saint-Michel-Archange et de ses dépendances en 1949. Tiré de À la faveur d’un centenaire, une porte close s’entr’ouvre : album souvenir. [Québec], Sœurs de la Charité de Québec, 1949.

Vue aérienne de l’Hôpital Saint-Michel-Archange et de ses dépendances en 1949. Tiré de À la faveur d’un centenaire, une porte close s’entr’ouvre : album souvenir. [Québec], Sœurs de la Charité de Québec, 1949.

Le 16 février 1939, un incendie détruit tous les bâtiments principaux, à l’exception du  pavillon des hommes. L’hôpital est reconstruit plus au nord, de l’autre côté de la rivière de la Cabane-aux-Taupières[9]. Ce nouveau bâtiment, qu’on peut toujours apercevoir de nos jours, est édifié selon les plans de l’architecte Adrien Dufresne. La construction de cet édifice, qui bénéficie d’ajouts ultérieurs, permet à l’hôpital d’accueillir plus de 3500 patients au début des années 1960. Toutefois, à la même époque, la population hospitalière commence à décroître en raison de changements apportés au traitement des troubles mentaux et à l’organisation des soins[10] en santé mentale au Québec. L’ancien pavillon des hommes, renommé Saint-Calixte, fait alors place à un stationnement. Le pavillon Roy-Rousseau, jugé excédentaire pour les besoins de l’institution, est démoli en 2014. Témoins de l’intégration de la municipalité de Saint-Michel-Archange à la ville de Beauport en 1976, les Sœurs de la Charité de Québec cèdent le Centre hospitalier Robert-Giffard au gouvernement du Québec en 1997.


[1] Frileux à l’idée de financer et de gérer directement des asiles publics, le gouvernement de l’époque favorise plutôt le système d’affermage, c’est-à-dire l’attribution de subventions à des particuliers ou à des communautés religieuses, qui doivent eux-mêmes assumer les frais de gestion d’établissements privés. Le gouvernement s’autorise toutefois à inspecter ceux-ci.

[2] L’institution changera de nom à plusieurs reprises au cours de son histoire : Asile des aliénés de Québec (1865), Asile Saint-Michel-Archange (1912), Hôpital Saint-Michel-Archange (1914 ou 1923 selon les sources), Centre hospitalier Robert-Giffard (1976) et Institut universitaire en santé mentale de Québec (2009).

[3] Aux trois fondateurs (James Douglas, Joseph Morrin et Charles-Jacques Frémont) succèdent les médecins François-Elzéar Roy et Jean-Étienne Landry dans les années 1860 puis leurs héritiers dans les années 1880.

[4] Le contrat passé entre le gouvernement et la communauté prévoit l’allocation de 100 dollars par patient par année.

[5] La construction d’un aqueduc et d’une centrale électrique répond au même objectif. Au fil des ans, s’ajouteront d’autres symboles de l’autonomie de l’institution : services de police et d’incendie, bureau de poste, poste de radio, voie ferroviaire.

[6] D’environ 900 patients vers 1893, la population asilaire passe à 1229 en 1911, à 1435 en 1921 et à 1933 en 1931.

[7] L’Asile se dotera notamment d’une école d’infirmière en 1915, d’une école pour enfants ayant une déficience intellectuelle (école La Jemmerais, 1928) et d’un centre d’hébergement pour les patients âgés (pavillon Dufrost, 1931). En outre, l’affiliation à l’Université Laval en 1923 et l’ouverture de la clinique Roy-Rousseau (1926) sur le site de l’hôpital amorcera une vocation de recherche pour l’institution.

[8] La date de construction varie (entre 1904 et 1907) selon les sources.

[9] Il s’agit de l’une des nombreuses appellations du ruisseau du Moulin.

[10] Traditionnellement, l’hôpital accueillait des patients provenant de plusieurs régions du Québec. Dans les années 1960, plusieurs patients sont confiés aux centres régionaux et aux ailes psychiatriques en milieu hospitalier qui apparaissent alors au Québec.


Documents consultés

« Bassin du ruisseau du Moulin ». Plans directeurs de l’eau. Organisme des bassins versants de la Capitale.

« Histoire de l’institut ». À propos de l’Institut. Institut universitaire en santé mentale de Québec.

À la faveur d’un centenaire, une porte close s’entr’ouvre : album souvenir. [Québec], Sœurs de la Charité de Québec, 1949, non paginé. (Fichier PDF à télécharger)

BARBEZIEUX, Alexis de. Histoire de Limoilou. Québec, Imprimerie de l’Action sociale limitée, 1921,  130 p.

CÔTÉ, Louise et Jacques DORION. Arrondissement de Beauport. Québec, Ville de Québec, 2009, 96 p. Coll. « Découvrir Québec ». (Fichier PDF à télécharger)

GAGNON, Madeleine. Le Petit-Village d’autrefois : Beauport-Charlesbourg-Giffard du XVIIe au XXe siècle. [Québec], Madeleine Gagnon, [2012?], 367 p.

LECLERC, Richard. « Les municipalités à vocation religieuse au Québec ». Études d’histoire religieuse, vol. 77 (2011), p. 101-116. (Fichier PDF à télécharger via erudit.org)

LÉGARÉ, Denyse et Paul LABRECQUE. Histoire de raconter : Le quartier Giffard [,] arrondissement de Beauport. Québec, Ville de Québec, 2007, 36 p. Coll. « Itinéraires histoire et patrimoine ». (Fichier PDF à télécharger)

MARTIN, Charles Alfred. Le premier demi-siècle de la psychiatrie à Québec : de l’asile provisoire de Beauport à l’Hôpital St-Michel-Archange. Beauport, Audio-visuel et information, Centre hospitalier Robert-Giffard, 1983, 24 p. (Fichier PDF  à télécharger)

NOPPEN, Luc. Québec monumental, 1890-1990. Sillery, Septentrion, 1990, 191 p.

PARADIS, André. « L’asile, de 1845 à 1920 ». Normand SÉGUIN, dir. L’institution médicale. Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1998, p. 37-74. Coll. « Atlas historique du Québec », 4

PARADIS, André M. « Le sous-financement gouvernemental et son impact sur le développement des asiles francophones au Québec (1845-1918) ». Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 50, n° 4 (printemps 1997), p. 571-598. (Fichier PDF à télécharger via erudit.org)

ROY, Francine et al. Histoire des Sœurs de la Charité de Québec. Tome 2 : Des maisons de charité. Beauport, Publications MNH, 1998, 305 p.


Pour me joindre:

Courriel: vues.anciennes@gmail.com

Twitter: Histoire de Québec@vues_anciennes

 

 

Advertisements

2 réflexions sur “L’Asile de Beauport (vers 1905)

  1. Toujours aussi intéressant et bien documenté, d’autant plus que j’ai passé toute mon enfance à Giffard et même travaillé à SMA dans les années ´60 comme étudiant. C’était assez impressionnant de mettre les pieds dans cette institution un peu beaucoup mystérieuse, comme tout ce qui relève de la maladie mentale.

    J’aime

Vous avez des commentaires ou des suggestions?

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s